lundi 28 février 2011

Glace, Roc et Eau

Il m'est ardu de trouver des titres pour ces photos de glace au fil de l'eau. 

Ces formes changent d'aspect au fil des heures et même de minute en minute, continuellement sculptées par la force ou la faiblesse du courant, par la force ou la faiblesse du vent, par la température, par l'abondance ou l'absence de lumière, par l'angle de la prise de vue, etc. Les émotions qui m'habitent influencent également ma vision des éléments qui attirent ou non mon attention. Souvent, au moment du post-traitement, des formes surgissent sur mon écran, des formes inaperçues lors de la prise. C'est le cas des présentes photos. Je suis content de vous les montrer, même si je sais que très peu d'entre vous prendrons le temps de me dire s'ils sont contents de les voir ou non... et pourquoi. Il est facile de dire qu'on aime ou qu'on aime pas. Pouvoir décrire pourquoi on aime ou on aime pas éclaire à la fois notre interlocuteur et soi-même, surtout soi-même, et nous permet de poursuivre avec plus d'enthousiasme l'étonnante aventure de notre conscience. 






























Toutes les choses que l'on voit, et, en particulier, celles que nous photographions, sont des représentations de ce qui se cache en elles, sont en quelque sorte comme des masques sous lesquels se dissimulent leur essence. 
À mes yeux ces photos expriment un tant soit peu cette idée. Si ce sont vraiment les idées qui mènent le monde il nous appartient d'en trouver quelques unes qui vaillent la peine de soutenir nos vies, qui peuvent nous procurer une ou deux certitudes qui nous permettent d'envoyer promener tout ce qui n'est pas essentiel. Sans but la vie est sans joie. 



Mes sites de photos:
PBase
Oiseaux.net
TrekNature
Facebook

samedi 26 février 2011

Notes de terrain (Printemps 2008)


En photographie Nature je ne crois pas qu'il existe de grands ou de petits sujets. Tout peut devenir propos à découvertes si nous nous y attardons assez longtemps. En la bouse de vache au plus magnifique des mammifères se cache la Beauté qu'il nous appartient de saisir. Au printemps 2008, lors de mes visites quasi quotidiennes à une tanière de Renards roux, j'ai écrit ces quelques notes.

Je les ai classées en ordre chronologique. Quant aux photos, il aurait été fastidieux de toutes les présenter dans ce billet. J'ai regroupé celles qui me semblent les mieux réussies ici.





Lundi le 7 avril 2008

07:15 - Arrivée près de la tanière. Trois adultes au même moment. Celui qui jappe est possiblement un jeune de l'an dernier. L'autre mâle près de Lucy m'a paru deux fois plus gros que Lucy.

07:53 - Attente.

Beau Soleil ce matin. Légère brise. Les Carouges s'égosillent allègrement.

Carouge à épaulettes

Personne d'autre que moi ici, ce matin, en compagnie des Renards. Un total de huit Renards: 3 grands, 5 petits.


Je suis de l'obscurité. Plus je suis grand, moins on me voit.
Je suis du silence. Lorsqu'on me nomme, je disparais.
L'esprit de celui qui écrit est avec ceux qui le lisent.


08:12 - Tétée à quelques pas de moi (quatre mètres).


Lorsque je suis seul, Lucy et ses petits ne me craignent pas. Je fais partie du paysage...
Ne pas oublier d'apporter des graines de tournesol demain (Plein d'oiseaux autour de moi, dont des Mésanges quémandeurs.)


Arriver plus tôt demain s'il fait beau.
Le bonheur est une succession de choses simples.


09:15 - Je vais attendre la prochaine tétée puis je quitterai.
Lucy se repose derrière moi au même endroit qu'hier. J'aime penser qu'elle se sent en sécurité en ma présence même si je sais pertinemment que ce n'est pas le cas.


09:30 - Je me suis installé un peu plus près de l'ouverture de la tanière d'où sortiront les renardeaux, tantôt.
L'attente semble moins longue lorsque j'écris.
Durant la semaine, c'est le bonheur ici. Il s'y passe des tas de choses, naturellement.
Encore beaucoup de neige au sol, hormis autour de l'entrée principale de la tanière. Brillante Lucy. Les jeunes sont moins visibles ainsi.

Des joggeurs passent sur la piste cyclable dans leurs habits de joggeurs professionnels. Il faudrait peut-être que je m'habille comme un photographe professionnel pour en être un... J'aime bien mes fringues d'amant de la Nature amateur.


09:50 - Je viens d'entendre le premier Bruant à gorge blanche de la saison. Yeah!
Je vais manger un peu, n'ayant pas déjeuner.

10:15 - Tétée. 


Tétée



Même si Lucy s'en va, les jeunes restent à l'extérieur un certain temps avant de réintégrer la tanière.

10:45 - Je quitte les lieux.

Les plus grandes joies sont individuelles et intimes. Pas de partage intégral possible, sauf par les ricochets de l'Art.



Mardi le 8 avril 2008

05:20 - Départ de chez moi.


06:27 - Installé je suis devant la tanière. Le Jappeur est au rendez-vous. Le Soleil va se lever dans quelques minutes.
Lucy n'est pas là.
Juncos ardoisés au sol.


06:31 - Soleil levant magnifique. Adorables premières lueurs. Des bras de lumière étreignant la terre.
Utilisation du trépied ce matin. Les images vidéo seront moins tremblantes ainsi. Flash et diffuseur installés. Priorité à l'ouverture; manque de profondeur de champ hier.


06:46 - Aucune manifestation de Lucy. Le Jappeur s'est tu. Extinction de voix?


06:58 - Premiers Mésanges. Je commençais à me sentir seul.


07:11 - Arrivée de Lucy.


07:13 - Premier cycliste.


07:19 - Ce n'était pas Lucy mais le Jappeur, tantôt. Il est difficile à reconnaître lorsqu'il ne jappe pas.
L'air se réchauffe doucement. Encore quelques jours comme celui-ci et la neige déménagera à Beaumont.
Passage d'un Bruant chanteur. Un Pic s'est trouvé un instrument percutant dans les environs. Beau solo de drums. Il ne manque que la grosse caisse.


07:36 - Une matinée tranquille jusqu'à présent, côté Renards. Quelques nuages décoratifs dans le ciel. Il n'est pas d'autres paradis que celui qu'on se crée soi-même. Il en est de même pour l'enfer.


07:49 Lucy, enfin! Ah! Elle ne fait que passer. En mode chasse, probablement.
S'il y a tétée tantôt je vais tenter de la filmer intégralement.


07:59 - Arrivée de Lucy avec un "steak" Canard colvert dans la gueule. Elle adopte une stratégie différente ce matin. Les jeunes s'alimentent déjà. Lucy se sert de la bouffe pour déplacer les jeunes d'une ouverture de tanière à l'autre. Je pense qu'elle a mise bas plus tôt cette année.



Lucy


Sous une apparente stabilité, la Nature demeure imprévisible dans les détails.

08:46 - Lucy est partie. Toujours pas de tétée.
Passage de deux Tourterelles tristes.
Difficile de déterminer l'âge exact des renardeaux.
Je compte quatre ouvertures à la tanière principale et deux autres à une tanière secondaire. Je ne sais pas si ces ouvertures communiquent entre elles sous terre.

08:52 - Je vais profiter du peu d'activité pour manger.
Il n'y a pas de monotonie au paradis, que de denses concentrations d'éternités passagères, indétectables mentalement. Allez! Petit homme, passe à l'étape suivante, reviens à la case absolue.

09:25 - Vent soutenu et frisquet au raz du sol dû à la couverture neigeuse.
Tiens! Un joggeur.
Tiens! Un Pic mineur.
Tenez Oiseaux, du tournesol.
Tiens Luc, un printemps de plus.
Matinée peu photographiquement profitable mais "bonairpurement" saine.
09:38 - Arrivée de Sylvain Sabourin.
10:48 - Tétée.

11:09 - Départ vers le sweet home.



Mercredi le 9 avril 2008

05:34 - Attente du métro.

Il n'y a pas grand chose qui se passe en dehors de soi. Il n'y a que soi qui arrive dans le monde. C'est dans une prison que nous sommes le plus libre, si nous avons le privilège de la choisir.

06:23 - Un Raton laveur, tantôt, à la sortie du métro.
Oncle Japie est bien présent. Il a de la concurrence; un autre jappeur?
Il y a de la bouffe fraîche près d'une ouverture de la tanière.
Couvert nuageux ce matin. (Le ciel s'est dégagé un peu plus tard)
Un jeune se faufilant vers une ouverture. Je suis étonné de sa taille pour un 9 avril.


Hypothèse:
Étant donné l'activité qu'il y a ici plus tard en saison il se pourrait que la mise bas aie été devancée. Lucy utilise cette tanière depuis trois ans, à ma connaissance. Instinctivement, elle sait peut-être que l'environnement devient inapproprié au début de mai. À corroborer l'an prochain.

Merles et Carouges réveillent le monde.
Bruants chanteurs et Juncos fouillent son sol, y dénichent ses délices printaniers.
Je me ressource, naturellement.

06:59 - Premier joggeur.
Les Mésanges boudent ce matin. Pas un seul vu ou entendu jusqu'à maintenant.

07:29 - Lucy et deux jeunes. Nerveuse, Lucy, ce matin. Elle n'est pas restée longtemps.


Un Mâle



07:45 - Retour des Mésanges et du Drummeur.


08:53 - Promenade dans les alentours. Collation. Soleil voilé. Humidité.


09:20 - Je vais marcher à nouveau, revenir jeter un coup d'oeil ici et quitter.


Beaucoup d'observations sans obligation de descriptions.


11:24 - Départ. Retour chez moi à 12:20.


Jeudi le 10 avril 2008


05:29 - Métro.

La puissante immobilité de l'Esprit immortel.
Ne pas confondre calme profond et paresseuse inertie.
C'est quand on dort qu'on est le plus réveillé.
La conscience est une maladie contagieuse.

06:27 - Japie se reposais près de l'entrée principale de la tanière à mon arrivée. Stratégie d'éloignement inefficace.
Arrivée de Lucy.

Le soleil apparaît derrière une ligne opaque de nuages. Raz de marée, tsunami de lumière.
Lucy quitte après l'inspection de lieux.

Belle lumière ce matin. Vent soutenu de l'ouest.
06:55 - Promenade aux alentours.

Premiers tests macro avec flash et diffuseur... F/3,5: 1/32, F/8: 1/4.

Vent fort et froid. Mes doigts tremblent en écrivant.

08:15 - Collation. Attente. Japie.
09:00 - Le vent a tourné au nord. Trop froid pour mes pattes d'en avant. Je quitte.

Bye Renards!




Lucy au soleil levant



Vendredi le 11 avril 2008.

05:31 - De la pluie annoncée en après-midi seulement. J'en profite donc pour faire une trempette de Nature ce matin.
Chaque jour est un happening imprévisible. On meurt pas habitude.
Encore 10 minutes d'attente avant le premier métro.
Les mots sont endormis dans ma tête et rêvent dans leurs lits superposés. La pensée sonne le réveil et l'imagination fait son boulot. Je ne suis que l'instrument de torture des mots. Ces mots qui blessent, ces mots qui bénissent, ces mots dits restent.
05:43 - Métro bondé. Beaucoup de monde dans le monde.
Je voyage léger ce matin. Pas de sac à dos ni de coussin pour mes fesses.
06:03 - Les sujets de conversations préférés de la majorité des gens sont eux-mêmes.
06:10 - Accueilli je suis à l'arrivée par deux Jappeurs Renards.


Tout ce qu'on voit est un bout de Nature.

08:00 - Départ.




Japie



Lundi le 14 avril 2008

05:22 Départ de chez moi.

05:32 Attente du premier métro.

Le ciel est bleu foncé ce matin. Le soleil pointera bientôt.


La journée appartient à ceux qui ne se couchent pas face à la vie, qui la prennent à bras le corps et qui en jouissent, car elle ne se gêne pas pour jouir d'eux, à mort.

Que la vaste paix de la divine nature pénètre tout mon être et qu'elle soit à l'origine de tous mes mouvements, comme d'habitude.
Bonne journée, monde intérieur.

05:43 Métro.

05:48 Transfert de métro, puis un autobus me prendra et je serai à 10 minutes à pieds de ma destination.

06:14 Installé je suis. Le soleil va me montrer ce qu'il fait de mieux, une mise à jour sans coûts additionnels. Ses premiers rayons illuminent les cimes des arbres et les oiseaux haut perchés. Oh Lumière! Transplante en moi le cœur qui voit.


Le Soleil illumine et réchauffe. C'est dans son rayon.

Japie jappe.

Lucy n'est pas visible. Un renardeau vient de passer devant moi et est allé se cacher illico en me voyant. La surprise était réciproque.

Silence Luc ! Laisse-toi imprégner.

07:09 Lucy est affairée dans la gestion de la bouffe.
Le drummer y va de son solo. Les mésanges quémandent leur pitance. Carouges, Bruants, Bernaches, Tourterelles donnent le meilleur d'eux-mêmes.

08:07 Collation.

08:28 Promenade. Séance de photos.

De retour chez moi à 11:45.




Lucie et un renardeau


Mardi le 15 avril 2008


05:31 La vraie poésie est la transcription, la plus fidèle possible, d'expériences intérieures vécues.

Douceurs ouatées matinales.

Les mêmes visages dans le métro.

Richesses insoupçonnées entre deux battements de cœur.

Réserves de l'avenir.

08:05 Collation.

J'ai vu la Mouche, la Fourmi, la Punaise bouger.



Un mâle




Mercredi le 16 avril 2008

04:00 Lever du corps.

Bon vent ce matin.

J'aime bien Montréal avant le lever du jour, sans les globules qui carburent au pétrole.

Bonne journée, terre. Se taire, elle sait. Elle ne parle qu'à ceux qui ont appris à l'écouter, qui en prennent le temps.



Lucy




Jeudi le 17 avril 2008

5:28 Assis je suis au métro Sherbrooke.

Départi je suis d'une pelure hivernale.

Ces quelques jours printaniers et quelques autres à l'automne sont les plus beaux de l'année, ni trop chauds, ni trop froids, juste parfaitement agréables.

Les bancs de la station de métro sont fraîchement peints. Oranges, verts et bleus.

J'espère que je verrai plus longuement les Renards aujourd'hui. Seulement une brève apparition hier. De la grande visite en provenance de Beaumont attendue ce soir.

Vent quasiment nul à l'extérieur. Ici je sens la brise générée par la rame de métro qui s'en vient.



Un mâle



Un jeune




Vendredi, samedi, dimanche, les 18, 19, 20 avril 2008

Lise Duchesneau est arrivée de Beaumont par autobus hier soir (jeudi) à 20:45.
Elle m'accompagnera pendant trois matins subséquents. Je lui souhaite d'éprouver au moins autant de joie que moi parmi les Renards roux et autres créatures.


Lundi le 21 avril 2008

05:31 Une fin de semaine bien remplie.

Lise Duchesneau est retournée à Beaumont hier, la tête et les cartes mémoires pleines d'images.

Temps humide mais le ciel est assez dégagé ce lundi matin.

La Nature doit être appréhendée holistiquement, emphatiquement, soi-même imbriqué dans le paysage.

Bonne journée, Lucy.

Brise «métroïdale». C'est parti.


Mardi le 22 avril 2008

05:30 Métro Sherbrooke.

Je m'interroge ce matin sur ce besoin quotidien de me rendre près des Renards. Qu'est-ce qui me pousse à agir ainsi?

J'en reviens toujours à la joie éprouvée. Les Renards sont un prétexte. La caméra est un prétexte. Être tout simplement là, témoin, observateur, est suffisant en soi. J'y fais partie d'un tout. Je me fonds dans ce tout.

C'est tout.


Mercredi le 23 avril 2008

Je suis béat d'admiration devant ces animaux sauvages, Lucy & Cie.

Ils sont en harmonie avec l'environnement. Ils s'adaptent aux conditions changeantes.
Les jeunes apprennent beaucoup tout simplement en imitant leur mère. Son influence est immense.

Il n'est pas de plus grand amour que celui d'une mère pour ses enfants. Toutes les autres formes d'amour tentent en vain de s'en approcher.
Les bébés sont les être les plus puissants de ce monde.


Jeudi le 24 avril 2008

05:33 Routine quotidienne depuis le 7 avril. Je continue à écrire même si ces mots ne sont pas transcrits ailleurs, pour le moment.

Lucy et ses renardeaux m'ont fait de beaux cadeaux ces derniers jours. Hier un jeune s'est approché trop près de moi.


Vendredi le 25 avril 2008

05:30 Métro Sherbrooke.

Peut-être une des dernières fois que je rends visite aux Renards. Je ne les vois plus tous ensemble.

Les lieux vont devenir de plus en plus perturbés dans les jours qui viennent. Les Renards devront se cacher davantage et ne sortir que la nuit.

Le Jappeur est là presque à tous les matins. Il y a aussi un jeune particulièrement curieux et téméraire.

Ils vont me manquer ces canidés.

Merci beaucoup, Renards.

J'ai souvent l'impression que Lucy m'accorde sa confiance. Elle vient tout juste de passer près de moi accompagnée d'un jeune qui est demeuré un bon trente secondes à me zieuter avant de rejoindre sa mère couchée à moins de deux mètres. Intenses moments.


Samedi le 26 avril 2008

05:20 Départ de chez moi.

05:30 Métro.

De la pluie est annoncée dans les jours qui viennent. Je vais peut-être en profiter pour mettre à jour ce blog.

Nous sommes des soleils qui cachent toutes les autres étoiles derrière eux.

Encore hier matin Lucy est venue vers moi accompagnée d'un jeune, comme si elle voulait me le présenter. Puis ils se sont installés tout près pour le toilettage.

05:40 Brise «métroïdale».


Dimanche le 27 avril 2008

05:12 L'impermanence de toutes choses.

05:30 Portes barrées à mon arrivée au métro Sherbrooke.

05:39 Ouverture des portes. Seul dans la station pendant quelques instants. Tout cet espace vide et sans vie.

Le sens de la vie.

Une vie sans but est une vie sans joie.


Mercredi le 30 avril 2008

05:30 Après une absence de deux jours causée par la température maussade je retourne voir les Renards en ce matin frisquet, le mercure oscillant autour du point de congélation.
Avril fut un mois merveilleux cette année.

Mes pensées s'orientent vers tous ces gens travailleurs qui n'auront jamais la grâce de vivre des moments comme ceux que je passe dans la Nature. Mes photos en témoignent et je les leur dédie.

Je me gave de choses simples et digestes.

06:40 À chaque fois je suis désemparé lorsque Lucy vient s'étendre à moins de deux mètres de moi. Il y en a qui font plus partie du paysage que d'autres, me dis-je.


Jeudi le 1er mai 2008

05:27 Bris d'une conduite d'eau au métro Sherbrooke ce matin. Le service est tout de même maintenu.

Hier matin, une seule visite de Lucy à la tanière. Un seul jeune observé également. Depuis plus d'une semaine, je n'y ai jamais vu plus de deux jeunes à la fois. Je soupçonne un déplacement des trois autres ailleurs. Malgré mes recherches je n'ai pu en déterminer l'emplacement. J'ai bien quelques pistes, mais sans contact visuel, aucune confirmation possible.

Deux Bernaches du Canada semblent avoir adopté l'étang près de la tanière...

07:10 Je crois que les Renardeaux ont pour consigne de rester tapis dans leur trou respectif, du moins durant le jour. Lucy est venue deux fois apportant de la bouffe, la camouflant près des ouvertures de la tanière puis retournant chasser. L'activité humaine accrue à proximité y est pour beaucoup à mon avis. Par conséquent je vais espacer mes visites ici. D'ailleurs les Odonates et autres Insectes devraient bientôt montrer leur minois partout sur l'Île de Montréal... ailleurs aussi, bien sûr.

C'est le cœur rempli de gratitude que je dis au revoir aux charmants Renards roux. Encore une fois le printemps fut hors du commun. Le mois d'avril a passé bien vite.

J'espère que ce témoignage visuel et ces quelques mots vous ont plus.


Vendredi le 2 mai 2008

05:30 Métro Sherbrooke.

Je retourne voir les Renards parce que... par simple courtoisie. Ces animaux sont peut-être quelque part moins sauvages que moi, sûrement plus naturels que moi, absolument plus spontanés que moi.


Lundi le 5 mai 2008

05:34 Je ne sais trop où me rendre ce matin. Je vais probablement faire un saut aux Renards, puis vérifier si les Parulines sont à leur rendez-vous annuel aux endroits habituels à Montréal.

06:25 J'ai vu Lucy, un jeune et l'omniprésent Japie.

09:20 La seule chose qui soit légitime de parfaire, c'est soi-même. Il y a de quoi s'occuper plusieurs vies.


Mercredi le 7 mai 2008

05:33 Brève visite à la tanière ce matin, par habitude. Pas d'attente, d'expectative, comme d'habitude. Un témoin ne fabrique pas de preuves.

07:49 Lucy ramène une grosse proie, un rat musqué. Les jeunes mangent à tour de rôle, à l'abri des regards. Chacun y va de sa technique de dépeçage. Aucune perte.Trois jeunes et Lucy visibles ce matin. Pas de Japie.Lucy est en grande forme, la meilleure chasseuse que je connaisse. La seule, en fait, hormis certains insectes qui ne donnent pas leur place.


Vendredi le 9 mai 2008

05:30 Assis je suis en attente du métro.

C'est la Fête des Mères humaines ce dimanche. Il n'y en a pas pour les animaux femelles. Dommage. Elles le mériteraient amplement. À ma connaissance, il n'y a même pas une journée annuelle mondiale des Animaux. À croire que tout tourne autour de l'Homme sur cette planète.

Allez! Bonne fête Lucy!

Pas l'ombre d'un Renard aujourd'hui.


Samedi le 10 mai 2008

05:30 Hier en après-midi je me suis rendu au Mont Summit. J'y ai observé des Parulines bleues, des Grives, des Papillons du Céleri. Je vais peut-être y retourner tantôt après une visite aux Renards.

Mon corps a de la difficulté à s'adapter au rythme imposé depuis plus d'un mois. Mes pattes d'en arrière surtout. La joie d'être sur le terrain surpasse mes petits bobos.
Il ne pleut pas beaucoup = peu de jours de repos. On a toute la mort pour se reposer.

Dans le métro, la faune humaine n'est pas la même la fin de semaine.
07:41 Zéro Renards en deux matins consécutifs. Je pense qu'ils ont adopté un horaire et des us que je ne peux imiter.

16:45 Après une sieste en début d'après-midi je suis revenu voir les mystérieux Renards qui semblent avoir disparus. J'avais oublié que nous étions samedi. Beaucoup de passants ici en cette belle journée. Beaucoup trop, je pense. Il faudrait peut-être demander l'avis des Renards. Je vais rester encore une heure.

18:00 Je quitte. J'ai l'impression que cette tanière est désertée. Les Renards sont passés à autre chose, ce que je vais faire également.


Lundi le 12 mai 2008

05:27 Il est des habitudes dont on souhaite l'élimination, l'éradication, et d'autres qu'on aimerait conserver le plus longtemps possible, comme celle de rendre régulièrement visite à des amis de longue date.

J'anticipe déjà la joie de revoir les Renards le printemps prochain et de m'émerveiller de nouveau à les voir évoluer sous mes yeux.

J'ai besoin de ma dose d'émerveillement quotidienne. Depuis trois printemps consécutifs les effets ont été croissants.

L'émerveillement est une drogue naturelle dont les effets sont bénéfiques à la fois pour soi et pour les autres.

Il est plus important de savoir où donner du cœur que de la tête.


Lucy et un jeune




Mes sites de photos: